JUSTE LA FIN D’UNE HISTOIRE

Après avoir visionné Juste la fin du monde de Xavier Dolan dès sa sortie au cinéma en 2016, un date foireux par la même occasion mais qui m’a néanmoins permis de ne pas bouger les yeux de l’écran, je viens seulement de m’intéresser à la pièce de théâtre de Jean-Luc Lagarce à l’origine du film. Et je n’ai pas été déçu, de loin.

J’ai alors retrouvé le calme de Louis, un dimanche midi, jour des cérémonies, face aux balbutiements de sa famille. Les discours s’entremêlent, la colère des siens se heurte à son mutisme. Louis qui a quitté le cocon familial il y a des années, du jour au lendemain, sans donner aucune nouvelle, quelques cartes postales formelles. Personne ne prête attention à son mal être et se contente de vomir des geysers de reproches, de-ci de-là, sans même lui demander sincèrement comment il va. La rancœur fait rage, le ton monte mais Louis reste calme, toujours, comme s’il n’était déjà plus là. Il fait preuve de la plus grande impartialité, de manière hautaine mais honnête, face aux cris et surtout, face à la mort qui l’attend et qui se veut irrémédiable.

Louis est atteint du sida et est allé à la rencontre de sa famille pour leur annoncer l’issue fatale, qu’il ne sera plus là demain. Et que finalement il taira. Jean-Luc Lagarce nous présente les effets tant physiques que psychiques du sentiment d’abandon, de la fuite d’une personne aimée. Il nous montre de par la froideur de son héros fugitif, son silence et ses dernières pensées, et de par la rancœur des personnes délaissées, ce qu’est la douloureuse morsure du sentiment d’abandon.

Un monde s’écroule pour Louis, sa vie se termine et son silence illustre sa souffrance, ses regrets, sa vie tout entière. Et sans même le savoir, sa famille en fait de même, elle hurle déjà la douleur prochaine, celle qu’ils ressentiront tous lorsqu’ils apprendront que leur frère, beau-frère ou fils prodigue est mort. Qu’il s’en est allé il y a plusieurs années et qu’il s’en ira bientôt, une nouvelle fois, pour toujours.

L’auteur nous offre une vision poignante de la Mort, de par son écriture pressée, et les réactions de l’ensemble de ses protagonistes. Tout au long de la pièce, les langues s’écorchent, les coeurs s’emballent et la rancœur peste.

L’être aimé souffre en silence, les amants hurlent de douleur.

Une réflexion sur « JUSTE LA FIN D’UNE HISTOIRE »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s